003 | Jane Motin (St-Lô, France) | marcher, glaner, relier

CDP-WEB-160405-icones-JM-rose

 

 

Artiste de La Manche en France, région complice des Îles-de-la-Madeleine*, Jane Motin mise sur les deux repères que sont le corps et l’environnement pour réaliser des œuvres in situ. L’artiste œuvre par la marche, le geste et la performance pour recueillir les informations et tracer les formes qui incarnent ces prélèvements. Elle privilégie les matériaux naturels environnants pour une pratique artistique qui s’intéresse au temps présent, par la répétition d’un geste, d’une posture qui arrête un moment.

marcher, glaner, relier

Établissant son atelier à La Petite Saline d’Havre-Aubert et son champ d’exploration sur la Butte des Demoiselles et ses alentours, Jane Motin aborde sa contribution au Chant des pistes dans la continuité de ses projets antérieurs. L’artiste, qui entretient par exemple une relation avec le Japon, où elle a résidé maintes fois, a développé d’un littoral à l’autre, de la France au Japon, une série d’œuvres qui réfléchissent le façonnement des liens humains. Elle a également élaboré une suite d’interventions dont une randonnée artistique autour du carnet d’exode de son grand-père à la fin de la guerre. Dans un esprit de voyage et de découvertes intimes, Jane Motin envisage ainsi ses gestes inauguraux pour Le chant des pistes : « glaner, ramasser, ramener des morceaux de paysage, les orienter, les manipuler, les relier, les nouer, dans l’intention [et c’est ce qui nous intéresse tout particulièrement] qu’ils expriment leur énergie propre ».

…………………………………………….

Depuis 2006, Jane Motin expose régulièrement le résultat de son travail en même temps qu’elle multiplie les résidences de recherche. Née en 1979 et basée à Saint-Lô, elle a obtenu son diplôme de l’École des Beaux-Arts de Caen en 2000, sous la direction de Marc Couturier et Ange Leccia, et a poursuivi sa formation au Japon où elle retourne fréquemment. Jane Motin est attachée à la valeur métaphorique de l’art. Elle détourne la brutalité des faits en y apportant une forme de poésie. Que ce soit dans le contexte de l’exposition ou dans celui de l’action, l’artiste sollicite la mémoire individuelle comme collective, invite à « être ensemble » dans un temps présent. Elle revendique un art accessible, aussi tangible que le paysage. janemotin.com

* En 1993, la MRC des Îles-de-la-Madeleine signait avec le Conseil général de la Manche, le Musée de Tatihou et le Musée de la Mer une convention de jumelage axée sur les échanges culturels, le développement de partenariats et le partage d’expertises. Malgré la distance géographique, l’expérience maritime des deux territoires comporte quantité de points communs, et c’est dans ce contexte que nous avons convié l’artiste Jane Motin à se joindre au Chant des pistes.

Diffuseurs partenaires :

  • La Petite Saline de Havre-Aubert, à côté de la Corporation des Acadiens, Site historique de La Grave, Havre-Aubert.unspecified.jpeg
Publicités