008 | Michael Fernandes (East Dover, NS) – stick n’ stones

CDP-WEB-160405-icones-MF-vert

 

 

On connait Michael Fernandes pour ses performances et ses interventions déroutantes et teintées d’humour. Constituer un corpus d’œuvres pour la postérité ne l’intéresse pas. Plutôt, il cherche à composer des situations éphémères au sein même du quotidien. Ce faisant, il s’assure que ses œuvres comportent une dimension active, c’est-à-dire qu’elles continuent d’agir, de se former et de se déformer après qu’on les a quittées. En 2012, dans le cadre de la Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli, invité par la commissaire du Chant des pistes, l’artiste a construit et habité dix jours durant une structure traversée par une tranchée ayant les dimensions d’un trou de tombe.

 

stick n’ stones

Aux Îles-de-la-Madeleine, Michael Fernandes habitera de nouveau une œuvre qui, cette fois, se détaillera en deux espaces distincts. Il se propose de créer et d’investir deux sites : un abri et un capteur de rêves entre lesquels il fera des aller-retour. L’artiste travaillera sans outils apportés de l’extérieur, avec les matériaux trouvés sur place. Alors que l’abri servira de camp de base rudimentaire, le capteur de rêves prendra la forme d’une investigation, au sein de l’absurde, d’un imaginaire potentiellement libre et de ce que l’espace environnant a à offrir. L’itinéraire entre les deux sites sera évidemment considéré, permettant de vérifier l’espace à franchir pour passer de la vie à l’art et de l’art à la vie. La piste de Michael Fernandes : prendre l’intelligence sociale à rebrousse-poil.

…………………………………………….

Né à Trinité (Trinidad), Michael Fernandes est un artiste demeurant en Nouvelle-Écosse. Par ses interventions publiques et ses installations catalysées par l’humour, Fernandes crée des situations sociales qui suscitent la participation active du spectateur. Son travail, présenté à travers le Canada et à l’international, explore la jonction entre la vie privée et l’espace public, ainsi qu’entre l’art et le quotidien. Michael Fernandes enseigne à la NSCAD University. Récemment, il faisait partie de l’exposition Trafic : L’art conceptuel au Canada 1965-1980 (Galerie Leonard et Bina Ellen, Montréal), de Hospitalité – Biennale de sculpture de Saint-Jean-Port-Joli, de l’événement Running with Concepts (Blackwood Gallery, Ontario) et de l’exposition Oh, Canada (MASS MoCA, États-Unis).

Diffuseurs partenaires :

  • Société de conservation des Îles-de-la-Madeleine, 397 Chemin Principal, Cap-aux-Meules
Publicités

Aucun résultat

Contenu Introuvable. Voulez-vous lancer une recherche?